Sous-traitants usinage et décolletage de pièces mécaniques pour toutes industries

  • TAMIDEC
  • RMG INDUSTRIE
  • BASTARD DCI
  • SNED DECOLLETAGE
  • DECOLLETAGE RENE CULLAFFROZ
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • LB INDUSTRIE
  • CARTIER MARCEL
  • TYTECH 74
  • PABERDEC
  • DRAULT DECOLLETAGE

Revue de presse maintenance et mécanique du 28.05.14

Maintenance

« Coca-Cola teste la maintenance fractionnée », titre L'Usine Nouvelle cette semaine.
Pour ne pas arrêter ses usines plus d'une semaine pour les opérations de maintenance, l'embouteilleur a ainsi choisi de les fractionner le week-end.

Mécanique

Alors qu'il fabriquait jusqu'à présent tout en France et en Espagne, Groupe Arche, spécialiste des pièces moulées en alliage d'aluminium, vient de signer un accord avec le fondeur turc Kirpart pour sous-traiter une partie de ses nouveaux contrats. Le groupe a en effet répondu à des appels d'offres de Renault Nissan et d'équipementiers allemands qui prévoient de localiser une partie de la production en Turquie.
« Dans leur mondialisation, les constructeurs nous demandent de trouver des conditions de prix sans sacrifier la qualité », explique Patrick Bellity, son PDG. Groupe Arche est aussi en discussion avec un fondeur d'aluminium sud-coréen qui travaille pour Kia et Hyundai. L'accord de partenariat devrait être signé cet été pour produire et développer des pièces très complexes en Asie.
Enfin, il prépare l'acquisition d'une usine de fonderie en Europe de l'Est, de préférence en Pologne, pour y démarrer la fabrication en 2015. Pour le moment, les cinq usines françaises et l'unité espagnole ne sont pas menacées... mais la question de leur charge pourrait se poser à moyen terme. Le groupe a eu recours au chômage partiel l'an dernier.
« Hormis l'usine lorraine, tout accroissement d'activité se fera hors de France, prévient Patrick Bellity. Cela fait vingt ans que je résiste mais je ne peux plus répondre à l'équation entre la baisse des prix de 30% en six ans et la hausse des coûts de la main d'œuvre et du gaz... ». Pour augmenter la compétitivité, le PDG veut porter la durée de travail hebdomadaire de 34 à 35 heures à salaire égal dans l'usine de Viviez, dans l'Aveyron, ce que refusent les syndicats (Les Echos du 20/05).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail