Sous-traitance usinage et décolletage de pièces mécaniques pour toutes industries

  • TAMIDEC
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • CARTIER MARCEL
  • RMG INDUSTRIE
  • BASTARD DCI
  • SNED DECOLLETAGE
  • LB INDUSTRIE
  • DECOLLETAGE RENE CULLAFFROZ

Emmanuel Macron sera-t-il le président des entreprises ?

« La France attire de nouveau les investisseurs », proclamaient fièrement en une ce mardi Les Echos : « les derniers chiffres du baromètre EY sur l’attractivité du pays ont de quoi rendre optimiste. Les projets d’investissements étrangers en France ont bondi de 30% en 2016 par rapport à 2015. Une performance jamais atteinte ces dix dernières années. Les créations d’emplois liées à ces projets ont, elles aussi, augmenté de 24%. Le Brexit pourrait amplifier ce mouvement en permettant à la France de récupérer certains projets d’investissements. Les réformes promises par Emmanuel Macron – réforme du marché du travail, baisse de l’impôt sur les sociétés – envoient également un signal positif aux décideurs étrangers ».

Mais aussi aux français. Pour Challenges.fr, « Emmanuel Macron redonne le moral aux patrons ». Selon l’enquête mensuelle réalisée entre les deux tours de la présidentielle par Opinionway pour le média et la Banque Palatine, « l'indicateur qui évalue le moral des patrons crève le plafond des 50%, à 59% (…). Outre l'élection française, la reprise économique internationale apporte du baume au cœur des entrepreneurs, les perspectives à 6 mois sur l'économie mondiale passant en un mois de 52% à 61%. Ce regain de confiance se traduit par une forte croissance des intentions d'embauches et par une progression de l'indicateur avancé d'investissement d'Opinionway. Hormis l'amélioration conjoncturelle, les patrons estiment que le contexte va s'améliorer à moyen terme. " Les dirigeants sont nombreux à nourrir l'espoir que l'environnement actuel, jugé trop peu favorable aux ETI, va s'améliorer au cours du prochain quinquennat " estiment les experts d'Opinionway. Leur priorité numéro un ? La baisse des charges ».

Un optimisme confirmé par l’Insee : premier indicateur publié depuis l’élection présidentielle, le climat des affaires a gagné un point en mai, a indiqué l’Institut mardi. Un plus haut depuis six ans. Les Echos soulignent ce mardi que « comme dans les précédentes enquêtes de conjoncture, c’est dans l’industrie que l’optimisme est le plus marqué. Stable sur un mois, le climat des affaires dans l’industrie manufacturière est à son plus haut niveau depuis juin 2011. L’Insee constate que ‘les industriels sont bien plus optimistes qu’en avril sur les perspectives générales de production du secteur’. Leurs carnets de commandes affichent ‘des soldes bien au-dessus de leur normale’. Ceci se traduit sur les perspectives d’investissement : en avril, lors du dernier questionnaire de l’Insee, les industriels anticipaient une augmentation de 6% sur 2017 (Les Echos du 24/05).

Pour Jean-Marc Vittori dans Les Echos de mardi, Emmanuel Macron est donc bien le « président des entreprises » : « Président, Premier ministre, ministres et Conseillers : jamais la France n’aura connu équipe gouvernante aussi familière du monde de l’entreprise. C’est une chance. Un pouvoir mieux au fait des réalités des entreprises pourrait changer leur vie. C’est aussi la garantie d’un niveau d’exigence auquel les dirigeants ne sont pas habitués. Ils ne pourront plus se défausser sur le seul Etat pour expliquer le manque de modernisation dont souffre notre appareil productif ».

Force est de constater que le gouvernement ne perd pas de temps : il s’est attaqué dès cette semaine à l’épineuse réforme du droit du travail en recevant patronat et syndicats.

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail