Fabricants, fournisseurs de composants mécaniques pour le ferroviaire

  • BASTARD DCI
  • SNED DECOLLETAGE

Revue de presse du ferroviaire du 03.11.16

Le consortium formé par Alstom et Bombardier est assuré de remporter l’appel d’offres de près de trois milliards d’euros pour construire plus de 270 RER nouvelle génération pour l’Ile-de-France. Malgré ses prix inférieurs, l’autre constructeur en lice, l’espagnol CAF, s’est vu signifier que son outil industriel n’était pas assez robuste pour les cadences imposées, d’après un audit qui tombe à pic pour la SNCF et le gouvernement : cette commande est en effet vitale pour maintenir l’activité des sites de Valenciennes (Alstom) et Crespin (Bombardier) et éviter ainsi des centaines de licenciements à quelques mois de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les deux constructeurs ont fait alliance (Les Echos du 31/10). C’est désormais CAF qui dit craindre pour l'emploi sur son site de Bagnères-de-Bigorre, rapporte Le Figaro...

Alstom vient par ailleurs de décrocher un contrat de 140 millions d'euros avec la Métropole de Lyon pour la construction de 30 rames de métro. Six sites français vont participer à leur conception et leur fabrication. Le groupe va aussi fournir 24 trains Coradia Continental à la société allemande DB Regio pour 130 millions d'euros. Ils seront construits outre-Rhin dans son usine de Salzgitter et entreront en service à partir de décembre 2019 (UsineNouvelle.com des 26 et 27/10).

Le spécialiste de l'équipement ferroviaire Faiveley est entré en négociation exclusive avec un acteur industriel en vue de la vente de sa filiale de Gennevilliers, spécialisée dans l'activité de freins frittés, a annoncé le groupe mercredi (UsineNouvelle.com du 03/11).

Selon un rapport d’experts remis aux juges d’instruction, le déraillement de la rame d’essai du TGV Est, qui a fait 11 morts et 42 blessés le 14 novembre 2015, serait le fruit d’une double erreur humaine. Non seulement l’équipe de conduite n’a pas respecté les consignes et déclenché le freinage trop tard, mais la décélération prescrite par ces consignes était elle-même trop tardive. Les trois membres de l’équipe de conduite ont été mis en examen pour homicides et blessures involontaires, et placés sous contrôle judiciaire (Les Echos du 02/11).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

ImprimerE-mail