Fabricants, fournisseurs de composants mécaniques pour le ferroviaire

  • BASTARD DCI
  • SNED DECOLLETAGE

Revue de presse du ferroviaire du 13.10.16

Alstom décroche un mégacontrat d'1,3 milliard d'euros pour le métro de Dubai. Le projet reliera la ville au site de l'exposition universelle (Challenges.fr du 10/10).
Face au pilonnage en règle - par les médias, les politiques et même les syndicats - des solutions mises en place pour sauver le site de Belfort, le ministre de l’Economie et des Finances Michel Sapin a contre-attaqué la semaine dernière, jugeant « tout à fait incongrue » la polémique concernant l'achat par l'Etat de 15 TGV pour la ligne Bordeaux-Marseille : « de toutes façons, sur cette ligne, il aurait fallu acheter des trains. Est-ce qu'il vaut mieux acheter un train cher aujourd'hui qui sera dépassé dans cinq ou dix ans ou est-ce qu'il vaut mieux acheter dès maintenant le TGV qui roulera sur une ligne à grande vitesse dans dix ans (...) ? Ce n'est pas l'Etat qui les achète pour jouer au petit train électrique. L'autorité organisatrice, c'est l'Etat. Et on met à disposition, en l'occurrence de la SNCF, les trains. Ce qui est normal ». Ce que confirme un expert dans La Croix qui rappelle que l'État achète déjà les trains roulant sur les grandes lignes : « et comme Alstom est le seul fournisseur de TGV, il peut le faire sans appel d'offres » (LaTribune.fr du 06/10).
Mais l’Etat s’est engagé dans le même temps à ne plus contraindre la SNCF à financer de nouvelles lignes à grande vitesse, pour ne pas aggraver son endettement déjà dramatique. Une position dictée par le réalisme, selon Les Echos, mais qui devrait singulièrement compliquer la réalisation des futures lignes TGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, promises par l’exécutif aux élus. Le quotidien parle ainsi de « paradoxe : si le financement de ces lignes reste flou, les rames TGV qui leur sont destinées, elles, ont d’ores et déjà été commandées dans le cadre du plan de sauvetage du site Alstom de Belfort ».

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

ImprimerE-mail