Revue de presse de l'énergie du 27.10.16

Lu mercredi en une des Echos : « la planète accentue son virage vers les énergies vertes. Dans un rapport, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient de revoir à la hausse ses prévisions à cinq ans : la capacité installée en hydroélectricité, solaire ou éolien va bondir de 42% d’ici à 2021. Une estimation supérieure de 13% à celle réalisée il y a un an. L’agence, bras armé de l’OCDE pour l’énergie, explique cette révision par ‘la violente baisse des coûts et le fort soutien public dans des pays clefs’ comme les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et le Mexique. La chute des coûts des modules photovoltaïques a atteint 70% entre 2010 et 2015, et l’AIE s’attend à une nouvelle diminution de 25% d’ici à 2021. De même dans l’éolien, les coûts pourraient encore reculer de 15% sur la période. Selon l’AIE, les énergies renouvelables représenteront 28% de la génération électrique en 2021, contre 23% en 2015. La Chine sera le marché principal pour les énergies vertes, avec près de 40% de la croissance. ‘En 2021, plus d’un tiers de la capacité photovoltaïque et éolienne sera située en Chine’, prévoit le rapport ».

Les entreprises de France ont globalement fait plus d'efforts l'an dernier pour réduire leurs émissions de CO2. Cependant, leurs objectifs en la matière restent bien en deçà de ce que requiert la lutte contre le réchauffement climatique, révèle le rapport annuel de l'ONG britannique Carbon Disclosure Project (LaTribune.fr du 25/10).

Après deux ans de travaux, l’Ademe, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, a rendu publics les résultats de son projet « Entreprises témoins » : 49 PME principalement issues de l’industrie, du BTP et de l’hôtellerie-restauration ont été accompagnées par des bureaux d’études pour réduire leur consommation d’énergie et de matières ainsi que leur production de déchets. Les membres du panel ont économisé en moyenne 60 000 euros par an, pour un temps de retour moyen sur investissement de sept mois (UsineNouvelle.com du 21/10).

Le gouvernement accorde un sursis au charbon. Le Secrétaire d’Etat au Budget Christian Eckert a en effet annoncé son intention de vouloir étaler dans le temps la fin programmée de ces centrales. Une rupture avec l’engagement de François Hollande de leur mener la guerre. Ce surprenant changement de cap tient essentiellement à des raisons économiques et sociales : les centrales au charbon de dernière génération sont plus rentables que celles au gaz et les arrêts s’accompagneraient invariablement de licenciements massifs (Challenges.fr du 21/10).

Les essais à froid sur le réacteur nucléaire EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande, commenceront au début de l’été 2017, ont annoncé Areva et son client TVO. La mise en service est toujours prévue fin 2018 (Les Echos du 20/10). Dans une interview accordée à France 3, l'ex-patronne du groupe nucléaire français, Anne Lauvergeon, s'est défendue d'avoir dissimulé ses difficultés financières pour conserver sa place (LaTribune.fr du 20/10).

« Eolien en mer : coup de frein sur les parcs d’EDF », titraient Les Echos vendredi dernier : des recours en justice vont retarder la mise en service des trois parcs d’au moins « un à deux ans ».

La première route productrice d’électricité est en chantier dans l’Orne. Ségolène Royal s’y est rendue lundi. Elle a visité l’entreprise SNA qui fabrique les dalles Wattway, le revêtement photovoltaïque routier conçu par Colas, leader mondial des infrastructures, et l’Ines, l’Institut national de l’énergie solaire (UsineNouvelle.com du 24/10).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail