Sous-traitants usinage et décolletage de pièces mécaniques pour toutes industries

  • BASTARD DCI
  • TYTECH 74
  • SNED DECOLLETAGE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • LB INDUSTRIE
  • RMG INDUSTRIE
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • CARTIER MARCEL
  • TAMIDEC
  • DECOLLETAGE RENE CULLAFFROZ

Revue de presse mécanique et métaux du 21.03.16

Mécanique

Lu dans Les Echos le week-end dernier : « la fin du calvaire ? Après un premier rebond en 2014, l'industrie mécanique française a encore repris quelques couleurs l'an dernier (...), se félicite Jérôme Frantz, le président de la Fédération des industries mécaniques, plutôt satisfait de voir le chiffre d'affaires global de ses adhérents gonfler de 1,2% (...). Le rebond de l'automobile et la santé de l'aéronautique ont garni les carnets de commandes. Mais, à vrai dire, c'est surtout la reprise des investissements qui lui permet d'afficher un nouvel optimisme. Après trois ans de baisse, ceux-ci sont repartis à la hausse en 2015 (+1%). En 2016, ils pourraient même bondir de 8 à 10%, du fait d'un effet de rattrapage et du regain automobile (...). L'emploi reste le gros point noir de la filière, dont les effectifs ont fondu de 20% depuis 2001 – 2015 ne faisant pas exception, avec une diminution de 1,7% (629 000 salariés). En cause ? Les capacités de production ne sont encore utilisées qu'à environ 80% ».

Le groupe Staub Fonderie a annoncé au comité d'entreprise son projet de fermeture dès cet été de son usine de Roche-la-Molière et sa décision d'investir dans celle de Merville, dans le Nord, avec la construction d'un nouveau four (Les Echos du 16/03).

Métaux

Après un plongeon quasi-généralisé ces dernières années, la conjonction de plusieurs indicateurs macro-économiques a provoqué un rebond des cours de la majorité des matières premières. Lequel devrait néanmoins rapidement être contrarié, selon Goldman-Sachs, car les marchés restent en surplus (UsineNouvelle.com du 10/03)...

« ArcelorMittal a supprimé le tiers de ses effectifs en dix ans », titraient mardi Les Echos. Le géant de l'acier a en effet perdu 112 000 salariés dans le monde depuis la fusion de 2006.

Le groupe Constellium, spécialisé dans la transformation de l'aluminium, a enregistré une perte nette de 552 millions d'euros en 2015, contre un bénéfice net de 54 millions un an plus tôt. Son PDG a indiqué qu'il souhaitait quitter son poste au cours de l'exercice 2016 (Les Echos du 16/03).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

ImprimerE-mail