Fabricants, fournisseurs de pièces de mécanique de précision pour l'industrie aéronautique

  • LB INDUSTRIE
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • SMPA
  • CARTIER MARCEL

Revue de presse aéronautique du 1er février 2013

Avionneurs

Airbus, qui a perdu en 2012 le leadership qu'il détenait depuis dix ans face à Boeing, fait néanmoins état pour l'an dernier de 833 commandes nettes, soit une part de marché de 41%, et a pulvérisé son objectif à la faveur d'un mois de novembre record. Il a livré 588 appareils, au-dessus de son objectif de 580 unités. Côté perspectives, il vise 700 commandes brutes en 2013 et, pensant profiter de la demande soutenue en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique latine, compte livrer plus de 600 avions (UsineNouvelle.com du 17/01). Il sera confronté en 2013 à toute une série de défis technologiques (A350), industriels (A400M) et commerciaux (A380). L'avionneur surveille également de près sa chaîne de fournisseurs, proche de la rupture tant les cadences de livraison, qui augmentent fortement, et les gaps technologiques sont difficiles à maîtriser (LaTribune.fr du 17/01). Il s'apprête ainsi à « remettre au pot » pour lancer la troisième édition du fonds d'investissements Aerofund, dédié au financement des PME de l'aéronautique. Son PDG Fabrice Brégier est disposé à investir 40 millions d'euros dans Aerofund III, dont l'enveloppe globale pourrait atteindre 100 millions d'euros avec les contributions de la Caisse des Dépôts, du groupe Safran et des conseils régionaux de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine. Il aura pour vocation de renforcer les fonds propres des sous-traitants d'Airbus, afin de leur permettre de passer une phase critique de trésorerie et d'aider aux opérations de regroupements alors que les banques se montrent frileuses. Car si les avionneurs et l'industrie aéronautique en général se portent bien, les petits sous-traitants de la chaîne de fournisseurs ont souvent bien du mal à faire face aux besoins de trésorerie suscités par leur montée en cadence (Les Echos du 22/01).

Alors que l'autorité américaine de sécurité aérienne (FAA) a cloué au sol les 50 Boeing 787 Dreamliner en service à travers le monde, la compagnie australienne Qantas a annulé sa commande d'un appareil. Des enquêteurs américains sont au Japon pour passer en revue le 787 d'All Nippon Airways (ANA) qui a dû atterrir en urgence le 16 janvier à cause d'un problème de batterie. Le ministère japonais des Transports et le Sénat américain vont aussi enquêter (UsineNouvelle.com des 21 et 23/01). L'avionneur va également devoir faire face à un conflit social en interne avec les ingénieurs. Les négociations entre la direction et le syndicat SPEEA qui les représente ont été interrompues car l'industriel aurait l'intention de « supprimer » le plan de pension pour ses nouveaux salariés. Le SPEEA a appelé ses adhérents à rejeter l'offre de la direction et menace de recourir à la grève. Il dénonce aussi la méthode de conception du 787, construit sur 135 sites par 50 sous-traitants : « la direction (...) a créé les problèmes du 787 en ignorant les avertissements des techniciens » (LeParisien.fr et UsineNouvelle.com du 18/01).

L'avionneur toulousain ATR, filiale à 50-50 d'EADS et de l'italien Finmeccanica, affiche un bilan record en 2012 avec un chiffre d'affaires de 1,4 milliard de dollars et 64 avions livrés. Seule ombre au tableau, les commandes ont chuté de près de la moitié (LaTribune.fr du 23/01).

2012 a été un bon cru également pour le canadien Bombardier avec 481 commandes nettes contre 249 appareils vendus en 2011 (UsineNouvelle.com du 17/01).

Alors que les négociations en cours, ouvertes il y a un an, portaient à l'origine sur 126 appareils, l'Inde pourrait finalement acheter 189 Rafale à Dassault (Challenges.fr du 17/01). Après la visite de François Hollande la semaine dernière, les négociations ont aussi repris avec les Emirats Arabes Unis pour la vente de 60 Rafale, selon LaTribune.fr du 21 janvier. Au grand dam des Britanniques qui avaient tout fait pour torpiller les relations entre Dassault et Abu Dhabi pour placer le Typhoon d'Eurofighter.

Le constructeur d'avions brésilien Embraer et le fabricant d'hélicoptères anglo-italien AgustaWestland ont signé une convention bilatérale. Ils parient sur la création prochaine d'une coentreprise pour installer une chaîne de production au Brésil sur les terres d'Helibras, filiale d'Eurocopter (UsineNouvelle.com du 21/01).

Equipementiers / Sous-traitants

Le français Thales pourrait bien être inquiété par les difficultés actuelles du Dreamliner. Il est en effet fournisseur du système de conversion électrique et donneur d'ordres de GS Yuasa, le fabricant japonais des batteries lithium-ion incriminées dans les soucis actuels de l'appareil (UsineNouvelle.com du 17/01). Une cellule de crise a été mise en place (LaTribune.fr du 21/01).

Acteur majeur au niveau mondial pour la conception et la production de fuselages d'avions, Aerolia a franchi en 2012 la barre symbolique du milliard d'euros de chiffre d'affaires. Elle vise plus du double en 2020 (LaTribune.fr du 21/01).

Revue de presse aéronautique du 1er février 2013 éditée par l'équipe du MIDEST

Midest 2013 du 19 au 22 novembre

Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail