Fabricants, fournisseurs de pièces de mécanique de précision pour l'industrie aéronautique

  • LB INDUSTRIE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • CARTIER MARCEL
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • SMPA

Revue de presse aéronautique du 19.05.15

Avionneurs

Comme le souligne LeMonde.fr le 10 mai, « l'accident qui s'est produit à Séville, samedi 9 mai, faisant au moins quatre morts et deux blessés, est un nouveau coup dur pour Airbus et pour son A400M, le modèle phare de ses avions militaires. Il survient après une déjà longue liste de retards et de difficultés pour cet engin de transport ». Quatre pays, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Malaisie, ont décidé de suspendre les vols de leurs appareils par mesure de précaution.

La France, premier client de l'A400M qui en possède déjà six, a maintenu les vols « prioritaires en opérations » dans l'attente des résultats de l'enquête (Challenges.fr du 10/05). Les Echos.fr rappellent que « si l'A400M reste à ce jour le plus important programme militaire européen en coopération, cet avion (...) est aussi le plus gros dérapage industriel et financier de l'histoire d'Airbus ». Face à la crise de confiance suscitée par le crash, l'avionneur a repris dès mardi les vols d'essais sans attendre les résultats de l'enquête (LesEchos.fr du 12/05).

Le Koweït a signé avec Boeing une lettre d'intention pour l'achat de 28 chasseurs F-18, d'une valeur de 3 milliards de dollars. Une nouvelle déception pour l'Eurofighter.

Equipementiers / Sous-traitants

Alors que l'assemblée générale des actionnaires de Thales devait se prononcer mercredi sur la nomination d'Henri Proglio à la présidence non exécutive du groupe d'électronique et de défense, son principal actionnaire, l'Etat, a menacé de s'y opposer si ses conditions n'étaient pas satisfaites. Le ministère de l'Economie exigeait notamment qu'il rompe ses liens avec l'agence russe de l'énergie atomique Rosatom (Les Echos du 11/05). Challenges.fr souligne également que l'ancien patron d'EDF est administrateur du holding de tête de la banque russe Rossiya... sous sanctions occidentales depuis l'annexion de la Crimée.

Conséquence, dans un entretien au Monde publié mardi, l'intéressé a annoncé renoncer à ce poste, arguant que « l'Etat avait réitéré à trois reprises son accord, par la voix de François Hollande, de Manuel Valls et de Jean-Yves Le Drian. Or, je suis sali depuis des semaines par une campagne alimentée par Bercy. À un moment, je dis : ça suffit (...) ! Il faut arrêter de me prendre pour un guignol, un espion, un goinfre, un traître (...). Je n'ai pas à renoncer à quoi que ce soit ! Depuis 45 ans, je travaille pour mon pays, je suis un vrai patriote, je n'ai jamais trahi la France. Cette histoire est un alibi (...). Tout cela est ridicule et risible. Derrière toute cette histoire, on cherche à abattre un homme pour des considérations politiciennes. Depuis que l'ancien président m'a nommé à la tête d'EDF, on me dit sarkozyste. Je défie quiconque de réussir à me classer politiquement, je suis avant tout un homme d'entreprise ».

Directement visé, Emmanuel Macron lui a répondu : « il était normal que nous demandions à Henri Proglio de choisir entre des fonctions éminentes de dirigeant même non exécutif à la tête de Thales et des engagements réels, rémunérés auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil, en particulier nucléaire, russe. Cela ne nous paraissait pas compatible. C'est un problème d'éthique et de conflit d'intérêt (...). Je n'ai pas alimenté de campagne, j'ai du respect pour l'homme, pour le dirigeant qu'il a été » (Challenges.fr du 12/05).

Safran vient de créer une filiale d'investissement destinée aux start-up. Une douzaine d'entreprises pourra bénéficier des 50 millions d'euros alloués (UsineNouvelle.com du 11/05).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail