Fabricants, fournisseurs de pièces de mécanique de précision pour l'industrie aéronautique

  • LB INDUSTRIE
  • SMPA
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • CARTIER MARCEL

Revue de presse aéronautique du 30.11.14

Conjoncture

Le salon aéronautique AirShow China s'est déroulé à Zhuhai du 11 au 16 novembre.
Cet événement, qui se tient tous les deux ans, est la principale manifestation aéronautique chinoise et prend de plus en plus d'ampleur (UsineNouvelle.com du 20/11).

Avionneurs

Airbus concurrence de plus en plus Boeing sur ses terres. La compagnie américaine Delta Airlines a en effet préféré acheter 25 A330 et 25 A350 plutôt que des B787. Un contrat estimé à 14,3 milliards de dollars au prix catalogue (Challenges.fr du 20/11).
Le ministère français de la Défense a, pour sa part, officialisé la commande de 12 avions de ravitaillement en vol A330 MRTT (Challenges.fr du 21/11).
« Un contrat estimé à 3 milliards d'euros qui profitera aux industriels européens Airbus Defence & Space, Thales Avionics ou encore au motoriste Rolls-Royce », souligne UsineNouvelle.com.

Selon une information Europe 1, le Qatar serait en négociations avancées avec la France afin d'acquérir 24 avions de combat Rafale de Dassault (UsineNouvelle.com du 24/11). Une annonce devrait même intervenir d'ici la fin de l'année, croit savoir LaTribune.fr. L'émirat deviendrait ainsi le premier client étranger du chasseur français toujours invendu à l'export.

Les quatre pays qui développent conjointement l'Eurofighter Typhoon, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni, vont investir un milliard d'euros pour installer sur l'avion de chasse un nouveau radar. L'appareil est mis au point conjointement par trois entreprises, Airbus Group, BAE Systems et Finmeccanica.
Sur l'ensemble de la somme investie, Airbus Defence & Space touchera 300 millions d'euros et BAE Systems 457 millions (UsineNouvelle.com du 20/11).

Equipementiers / Sous-traitants

Le bras de fer entre l'Etat et Dassault sur la présidence de Thales n'a pas encore livré son épilogue. Faute d'accord entre ses deux actionnaires de contrôle, le champion français de l'aérospatial, de la défense et des transports s'oriente vers une solution intérimaire pour succéder à Jean-Bernard Lévy, parti à la tête d'EDF.
Selon des sources concordantes, le secrétaire général du groupe Philippe Logak devrait être nommé PDG par intérim, le temps que les deux se mettent d'accord sur la future gouvernance (Challenges.fr du 25/11).

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail