Fabricants, fournisseurs de pièces de mécanique de précision pour l'industrie aéronautique

  • DRAULT DECOLLETAGE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • LB INDUSTRIE
  • SMPA
  • CARTIER MARCEL

Le Bourget à l’heure du bilan

D’après les organisateurs, cette 52ème édition a été un « très bon cru » avec des carnets de commandes en hausse de 13%, même si la fréquentation s'est effritée de 6% chez les professionnels, à cause de l'état d'urgence et des « restrictions budgétaires » dans certaines entreprises selon le communiqué (Challenges.fr du 25/06), et de 10% pour le grand public. Si Les Echos parlent de « carton plein » avec 150 milliards de dollars de commandes contre 130 milliards il y a deux ans, Challenges.fr insiste sur une grande première : Boeing a gagné sur les terres de son rival historique. Le groupe américain a en effet signé 571 commandes et engagements d'achats sur le salon, pour un prix catalogue total de 74,8 milliards de dollars quand Airbus se contentait de 326 commandes pour 40 milliards. Le lancement par Boeing de la version rallongée du 737 MAX a évidemment joué, ce modèle récoltant 361 commandes. Mais l’article souligne qu’ « à bien y regarder, ce succès est à nuancer : il n'y a eu que 147 commandes de MAX 10 vraiment nouvelles. Le reste (214 appareils) est en fait des conversions de commandes déjà annoncées. Cette victoire à l'extérieur n'est pas illogique : Boeing affichait un retard conséquent en termes de part de marché sur les monocouloirs (…) qu'il ne fait que rattraper en partie (…). L'importance de la part des commandes de loueurs et l'absence de contrat vraiment marquant confirment en tout cas que le ralentissement du marché est réel, même pour Boeing ». Le vrai gagnant du salon est donc le motoriste CFM, coentreprise entre le français Safran et l'américain GE, qui a réalisé une impressionnante moisson. Dopé par le 737 MAX 10, dont il est le motoriste exclusif, il y a cumulé 1 658 commandes de son moteur Leap, soit 27,3 milliards de dollars au prix catalogue. Ce qui porte ses commandes depuis le début de l'année à 2 850 moteurs et son carnet de commandes total à 14 000 exemplaires. « Ce salon a dépassé toutes nos espérances », a résumé son PDG.

  • Edité par l'équipe du MIDEST

    N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

    Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail