Fabricants, fournisseurs de pièces de mécanique de précision pour l'industrie aéronautique

  • LB INDUSTRIE
  • SMPA
  • DRAULT DECOLLETAGE
  • PATUREL DECOLLETAGE
  • CARTIER MARCEL

Revue de presse aéronautique du 16 décembre 2011

Avionneurs

« Airbus et Boeing n'ont jamais vendu autant d'avions » titre la une des Echos du 14 décembre.

Dans les faits, EADS, la maison-mère d'Airbus, « n'est pas en mode crise », selon son patron Louis Gallois. « Nous ne sommes actuellement pas en crise, la demande d'avions et d'hélicoptères est encore forte ». Il ajoute qu'EADS est relativement bien protégé par un matelas de liquidités de 11 milliards d'euros et un carnet de commandes de plus de 500 milliards, et que le groupe n'a pas besoin du soutien des banques. Il a publié un résultat meilleur que prévu au troisième trimestre et a relevé sa perspective annuelle (LaTribune.fr du 08/12). Airbus, qui a embauché plus de 4 000 personnes cette année et prévoit d'en recruter autant en 2012, va par ailleurs battre le record de commandes et de livraisons.

Quant à Boeing, il vient d'enregistrer une commande ferme de 19 milliards de dollars. La compagnie américaine low cost Southwest a en effet passé une commande record de 208 B737 (Challenges.fr du 13/12).

Le Brésil a reçu une délégation française pour discuter d'un éventuel achat du Rafale de Dassault. Ce dernier dépendra de l'impact de la crise sur le pays, lui a expliqué le ministre brésilien de la défense (UsineNouvelle.com du 09/12). Le premier ministre François Fillon a éclairé lundi la position de l'Etat, quelques jours après les déclarations ambiguës du ministre de la Défense Gérard Longuet. Il a assuré que la France ne comptait en aucun cas renoncer au Rafale et arrêter à terme sa chaîne de production si l'avion n'était pas vendu. Cette intervention est intervenue le jour même où le PDG de Dassault défendait son groupe dans les pages du Figaro (dont il est propriétaire), estimant que ce dernier ne « vit pas aux crochets de l'Etat et que le Rafale garde toutes ses chances à l'exportation (...). Pour ceux qui continuent à penser que nous sommes un arsenal vivant grassement aux crochets de l'Etat, je veux juste leur indiquer que 75% du chiffre d'affaires de notre société reposent sur la vente d'avions civils et que les commandes de l'Etat ne représentent en moyenne que 20% de notre activité » (UsineNouvelle.com du 12/12).

Equipementiers / Sous-traitants

L'équipementier aéronautique français Zodiac Aerospace a mis la main sur le spécialiste de la fabrication de sièges d'avions pour classe affaires et première classe Contour Aerospace. L'opération va permettre au premier de se positionner comme leader sur le marché de la fabrication de sièges (UsineNouvelle.com du 13/12).

En 2011, son confrère Safran espère atteindre un chiffre d'affaires de 11,4 milliards d'euros qu'il entend faire progresser à 15 milliards d'ici 2015 (UsineNouvelle.com du 13/12).

Les Echos du 9 décembre consacrent leur success story au sous-traitant lotois Figeac Aéro qui connaît une ascension fulgurante dans le sillage d'Airbus et des autres avionneurs.

Le Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) investit 10 millions d'euros dans AD-Industrie pour aider dans sa stratégie de croissance externe ce fournisseur aéronautique spécialisé dans la fabrication et l'assemblage de pièces et ensembles hydrauliques et mécaniques de précision (UsineNouvelle.com du 12/12).

Revue de presse aéronautique du 16 décembre 2011 éditée par l'équipe du MIDEST

Midest 2012 du 6 au 9 novembre

Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Imprimer E-mail